Le chien des Baskerville (1901)

Tous les titres :

Aventure de Wisteria Lodge (L')

Aventure du cercle rouge (L')

Aventure du pied du diable (L')

Boîte en carton (La)

Chien des Baskerville (Le)

Cinq pépins d'orange (Les)

Étude en rouge

Problème du pont de Thor (Le)

Signe des quatre (Le)

Il est difficile d'analyser objectivement Le chien des Baskerville d'Arthur Conan Doyle, à cause des nombreuses adaptations pour la télévision qui en ont été faites.  On connaît en gros l'histoire.

Ce qu'on peut dire c'est qu'il n'y a pas vraiment beaucoup de suspects consistants.  Les Stapleton sont à peu près les seuls.  On s'interroge plus sur le mobile.  Jack Stapleton aurait pu être un descendant de la famille de la jeune paysanne assassinée par Hugo Baskerville, mais il était plutôt membre d'une autre branche des Baskerville.  C'est l'héritage qu'il convoitait.

On aurait sans doute dû voir un indice, quand Beryl Stapleton tente de convaincre le docteur Watson de repartir pour Londres.  Déjà, une lettre d'avertissement avait été envoyée à Henry Baskerville.  Ne pouvait-on penser que c'est Beryl qui avait envoyé la lettre ?  Beryl Stapleton n'aurait pas pu se rendre à Londres sans que son "frère" le sache et si elle était elle, l'autre était l'autre.  Jack Stapleton devait être le coupable.  Beryl Stapleton semblait savoir beaucoup de choses, mais elle aurait difficilement pu être complice de quelqu'un d'autre que Jack.

Les Barrymore peuvent sembler suspects un certain temps, mais on comprend vite, qu'en fait, ils aident Selden dans sa fuite.  Comme chez Agatha Christie, les Barrymore sont des leurres.  Ils ont un comportement suspect.  Ils ont quelque chose à se reprocher, mais pas la mort de sir Charles.  Mme Barrymore est la soeur de Selden et son mari est solidaire avec elle.  Leur mobile est noble, jusqu'à un certain point, la solidarité familiale.  Ils ne seront pas inquiétés.

La présence de Selden n'est pas  dûe au hasard.  Elle était quasiment obligatoire.  Dans un roman policier, on a besoin de suspects et de victimes.  L'intervention de Selden permet d'atteindre deux objectifs.  Premièrement, il rend les Barrymore suspects.  Deuxièmement, il sert de victime au chien de Stapleton.  Dans un roman policier on doit avoir des victimes, autant que ce soient des personnes de basses conditions ou des criminels.  La mort de Selden, un criminel particulièrement odieux, n'est pas une grande perte pour l'humanité et elle a l'effet dramatique souhaité.  Cette mort n'est qu'un des nombreux exemples de justice expéditive qu'on trouve dans les romans policiers.

Quels suspects, autres que les Stapleton, avions-nous ?  James Mortimer ?  M. Frankland ?  Laura Lyons ?

James Mortimer est décrit de manière très positive depuis le début du roman.

L'irascible M. Frankland faisait peut-être un meilleur suspect.  Mais, s'il avait quelque chose à cacher, n'aurait-il pas adopté publiquement un meilleur caractère ?  Quel lien pouvait-il avoir avec Beryl Stapleton ?  Quel aurait pu être son mobile ?  

Il est évident que Laura Lyons sait plus que ce qu'elle veut dire, mais cela en fait, au plus, une complice et non pas une coupable principale.  Il reste toujours à trouver un autre coupable plausible.

Le grand coupable, comme on l'apprend, était Jack Stapleton, qui périra dans les marécages de Grimpen.  Stapleton a eu deux complices : une étrangère et une quasi-divorcée, ce qui ne doit pas être tout à fait l'oeuvre du hasard.  Les étrangers et les divorcés appartiennent à deux groupes dévalués, qui peuvent bien faire alliance avec des criminels.

Beryl Stapleton avait un comportement étrange dans la mesure où elle dénonçait le coupable sans le dénoncer.  Cela pouvait indiquer qu'elle avait de l'affection pour le coupable ou qu'elle en avait peur.  Qui d'autres que son "frère" aurait pu lui inspirer de tels sentiments ?

L'auteur ne s'étend pas trop sur l'histoire du divorce de Laura Lyons.  On sait que le divorce était condamné au 19ème siècle.  Laura Lyons n'est pas punie explicitement comme on aurait pu s'y attendre, mais elle vit quand même dans la misère et elle a été mêlée à une aventure où elle aurait pu laisser sa vie.

Si la fin n'est pas trop dramatique pour Beryl Stapleton et Laura Lyons c'est sans doute qu'elles sont plus considérées comme des victimes de Stapleton que comme des complices volontaires.  Elles obéissaient, à la fois, par peur et par amour.  Beryl résistait à son mari autant qu'elle le pouvait.

La famille Baskerville semblait se diviser en deux branches : la bonne : Charles et Henry; et la mauvaise : Hugo, Rodger et Jack.

Haut de la page

, Anthony.

Ou Antonio; vieux domestique; depuis longtemps au service des Stapleton.

Barrymore, Eliza.

Femme de John; bonne de Charles Baskerville; grosse femme sans expression; traits épais; bouche serrée; solide; épaisse; bornée; penche vers le puritanisme; sœur de Selden; nom de jeune fille = Selden; pleure la mort de Selden; elle et son mari fournissaient des vivres à Selden.

Barrymore, John.

Maître d'hôtel de Charles Baskerville; mari d'Eliza; porte une grande barbe noire; fils du vieux concierge décédé des Baskerville; haute taille; bon serviteur; de la prestance; bien bâti; physionomie pâle et distinguée; bel homme; dur d'oreille.

Baskerville, Charles.

Sir; décédé tragiquement il y a trois mois; sagace; pratique; aimable et généreux; a fait fortune par lui-même; a spéculé en Afrique du Sud; pas d'enfants; veuf; problèmes cardiaques et nerveux; convaincu qu'une malédiction menaçait sa famille; assez âgé; victime de Jack Stapleton; superstitieux; mort de terreur à cause du chien.

Baskerville, Henry.

Neveu de Charles Baskerville; fils du frère cadet de Charles; jeune; a fait de l'agriculture au Canada; très bien à tous égards; sir; baronnet; trentaine d'années; petit; vif; trapu; yeux bruns; sourcils noirs; visage éveillé et combatif; hâlé; de bonne race; maintien assuré; courageux; hérite près d'un million de livres de Charles; accent américain; amoureux de Beryl Stapleton; a entrepris un long voyage avec le docteur Mortimer.

Baskerville, Hugo.

Ancêtre de Charles; propriétaire du manoir de Baskerville au temps de la Grande Révolte; profanateur; impie; à demi sauvage; humeur impudique et cruelle; tué par un chien gigantesque après avoir causé la mort d'une jeune paysanne ?; père de Rodger, John et Elizabeth; visage contracté et dur; deux yeux froids.

Baskerville, Rodger.

Plus jeune frère de Charles; mouton noir de la famille; le portrait de Hugo; fâcheusement connu; est mort de la fièvre jaune en Amérique Centrale en 1876; mort célibataire ?; effroyable réputation; en fait s'est marié; père de Jack Stapleton.

Baskerville, William.

Ancêtre d'Henry; a été président des commissions de la Chambre des Communes sous Pitt.

Carrère, Mlle.

Belle-fille de Mme Montpensier; mariée et établie à New York; jolie Française.

Cartwright.

Jeune commissionnaire; 14 ans; visage éveillé; intelligent.

Clarendon.

Lord; a écrit l'histoire de la Grande Révolte.

Clayton, John.

Traits rudes; cocher de fiacre.

Desmond, James.

Cousin éloigné des Baskerville; clergyman âgé du Westmorland; hériterait de la fortune des Baskerville si Henry mourait; vénérable; mène une vie de saint.

Frankland, M. 

De Lafter Hall; âgé; visage rouge; cheveux blancs; irascible; passionné par la loi; dépense des fortunes en procès; plaide pour le plaisir de la chicane; ses procès le mènent à la ruine; astronome amateur; père de Laura Lyons; vieil autocrate.

Fraser.

Directeur d'études; poitrinaire; mort; ancien collaborateur de Jack Stapleton au collège de St. Oliver; compétent.

Holmes, Sherlock.

Se lève habituellement tard; spécialiste du crime; impressionné par James Mortimer; homme pratique; fume une pipe en terre noire; joue du violon; habite Baker Street; voix froide incisive ironique; yeux gris, costume de tweed; casquette de drap; tempérament dominateur; prudent; esprit clair et logique.

Johnson, Theophilus.

Propriétaire de mines de charbon; a une famille; même âge que Sherlock Holmes; très alerte.

Lestrade.

Un des meilleurs professionnels de la police selon Sherlock Holmes; petite taille; sec; nerveux comme un bouledogue; respect pour Sherlock Holmes.

Lyons, Laura.

Fille de Frankland; a épousé un artiste peintre qui l'a abandonné; mariée sans le consentement de son père qui ne s'occupe pas d'elle; son père lui verse une rente peu élevée; devenue dactylo; de réputation douteuse; grande beauté; yeux et cheveux châtains; brune; vulgarité dans l'expression; dureté du regard; persécutée par son mari qui pourrait la forcer à vivre avec lui; veut divorcer; sort inconnu; Jack Stapleton l'utilisait en lui promettant le mariage.

Montpensier, Mme.

Faussement accusée d'avoir tué sa belle-fille Mlle Carrère; défendue par Sherlock Holmes.

Morland, John.

Sir; a eu des démêlés judiciaires avec M. Frankland.

Mortimer, James.

Médecin à l'ancienne mode; trentaine d'années; aimable; sans ambition; distrait; ancien interne en chirurgie; haute taille; très mince; nez en forme de bec; yeux gris perçants; lunettes cerclées d'or; vêtements peu soignés; vouté; visage bienveillant; marié; longs doigts agiles; scientifique enthousiaste; ami et médecin de Charles Baskerville; s'intéresse à l'archéologie; a entrepris un long voyage avec Henry Baskerville.

Murphy.

Bohémien et maquignon; boit.

Oldmore.

Mme; locataire au Northumberland Hotel; infirme; son mari a été maire de Gloucester.

Perkins.

Valet de chambre de Charles Baskerville.

Selden.

L'assassin de Notting Hill; féroce criminel; incroyable bestialité; condamné aux travaux forcés à perpétuité, ne jouit pas de toutes ses facultés mentales ?; ivre de haine contre l'humanité ?; frère d'Eliza Barrymore; trop gâté quand il était enfant; a eu de mauvais camarades; coquin; ne mérite ni pitié ni excuse; brutal et violent; figure bestiale abominable; passions les plus viles; petits yeux rusés; trapu; vigoureux; mort atroce à cause du chien de Stapleton; [justice expéditive].

Stapleton, Beryl.

Très belle; brune éclatante; grande; mince; racée; figure fine; traits réguliers; yeux d'un noir ardent; dit à Watson de partir; sœur de Jack ? Non; charme tropical et exotique; amoureuse d'Henry Baskerville ?; en réalité la femme de Jack; née Garcia; a été une des reines de beauté de Costa-Rica; résistait à son mari; maltraitée par son mari; peur de son mari; essayait de prévenir Henry Baskerville; sang espagnol; sort inconnu.

Stapleton, Jack.

Naturaliste; 30-40 ans; petit; mince; blond; de Merripit; yeux gris; frère de Beryl ? Non son mari; froid; dur ?; contre les amours de sa sœur et de sir Henry; impassible; terne; terrible; rude adversaire; faux nom = Vandeleur; s'est occupé du collège privé de St. Oliver; avait promis le mariage à Laura Lyons; a péri dans le grand bourbier de Grimpen ?; maître du chien des Baskerville; en réalité fils de Rodger Baskerville; mari de Beryl; a détourné de l'argent au Costa-Rica; autorité reconnue en entomologie; voulait s'emparer de la fortune des Baskerville; responsable de la mort de Charles Baskerville; tentative de meurtre sur Henry Baskerville; responsable de plusieurs cambriolages; meurtrier d'un groom; responsable de la mort de Selden; rusé coquin.

Upwood.

Colonel; coupable dénoncé par Sherlock Holmes au sujet du scandale de cartes au Nonpareil Club; infâme.

Watson.

Stimule le génie de Sherlock Holmes; admire Holmes; médecin; pas d'amis intimes; pas de plus sûr compagnon dans une passe difficile; bon sens.

Haut de la page

- 1 -

Comme pour répondre à sa phrase [à Henry Baskerville], de la sinistre nuit de la lande s'éleva soudain ce cri étrange que j'avais entendu aux abords du grand bourbier de Grimpen. Le vent le porta à travers le silence nocturne : ce fut d'abord un murmure long, grave; puis un hurlement qui prit de l'ampleur avant de retomber dans le gémissement maussade où il s'éteignit. A nouveau il retentit, et tout l'air résonna de ses pulsations : strident, sauvage, menaçant.

[Les hurlements du chien des Baskerville]


- 2 -

- [Laura Lyons] Ma vie n'a été qu'une incessante persécution de la part d'un mari que je déteste. Il a la loi pour lui; jour après jour je me heurte à cette éventualité; il peut me forcer à vivre avec lui. 


- 3 -

C'était un chien, un chien énorme, noir comme du charbon, mais un chien comme jamais n'en avaient vu des yeux de mortel. Du feu s'échappait de sa gueule ouverte; ses yeux jetaient de la braise; son museau, ses pattes s'enveloppaient de traînées de flammes. Jamais aucun rêve délirant d'un cerveau dérangé ne créa vision plus sauvage, plus fantastique, plus infernale que cette bête qui dévalait du brouillard.

Commentaires sur le livre L'affaire du chien des Baskerville de Pierre Bayard.

Après son étude du Meurtre de Roger Ackroyd d'Agatha Christie, l'auteur Pierre Bayard propose maintenant celle du Chien des Baskerville d'Arthur Conan Doyle.

Pourquoi le chien des Baskerville est-il invisible et ne laisse-t-il jamais de traces ? Est-il possible que, comme le prétend l'auteur Pierre Bayard, Sherlock Holmes se soit trompé de coupable, victime de la manipulation des témoins ? Les personnages des oeuvres de fiction sont-ils indépendants de leurs créateurs ?

Lisez les commentaires sur l'Affaire du chien des Baskerville de Pierre Bayard >>>

Haut de la page